Recherches |

Syntaxe et sémantique du chinois

(GROUPE 3, OPÉRATION "SYNTAXE ET SÉMANTIQUE DU CHINOIS")

  • Responsable : Waltraud Paul

  • Participent à cette opération : Robert Iljic, Monique Hoa, Waltraud Paul, Zhitang Yang-Drocourt, John Whitman

 

Les travaux de ce groupe se développeront en quatre volets distincts. Le premier volet, proprement syntaxique, sera consacré à une analyse approfondie du syntagme verbal étendu (dans une perspective synchronique mais aussi  diachronique). En collaboration avec R. Djamouri, B. Meisterernst et J. Whitman, W. Paul continuera, partiellement dans le cadre d'un projet ACI, à appliquer le modèle restreint développé pour les changements syntaxiques à d’autres phénomènes, notamment à la construction des verbes à double objet. Il s’agit d’examiner les états antérieurs du chinois avec la méthodologie rigoureuse utilisée dans l’analyse syntaxique en synchronie et de tenir compte du contexte structural dans lesquels les changements ont lieu. Un autre but est d’infirmer nombre d’idées reçues concernant les changements syntaxiques, aussi bien en linguistique chinoise qu’en linguistique générale. Nous insisterons sur le fait qu’un changement syntaxique n’aboutit pas automatiquement à une « simplification » de structure, idée défendue par Roberts & Roussou (2003). Dans la construction en ba p.e., le SV complément de ba en chinois moderne est plus complexe que celui avant le changement de ba d’un verbe plein ‘saisir’ vers une tête verbale à caractère plutôt fonctionnelle. De même, l’hypothèse de Longobardi (2001) selon laquelle la grammaticalisation d’un item serait corrélée voire favorisée par la disparition de l’item « original » sera mise en question par le chinois où souvent les deux items co-existent.

Le second volet, sera consacré aux parties du discours et à la morphologie dérivationnelle en chinois, plus particulièrement aux adjectifs. On s'intéressera à la  réduplication des adjectifs en chinois. C'est là un phénomène important dans la mesure où il permet de distinguer les verbes d’état tel que xihuan ‘se réjouir’ des adjectifs tel que gaoxing ‘être heureux’. On essaiera de montrer en quoi la réduplication des adjectifs semble être un vrai procédé morphologique productif qui dérive une nouvelle classe d’adjectifs avec une forme et un sens spécifiques. On obtient donc le résultat assez surprenant qu’il n’y a non seulement une classe d’adjectifs en chinois, mais qu’il y en a même deux. Ceci va tout à fait à l’encontre de l’idée largement répandue selon laquelle le chinois voire les langues d’Asie orientale en général ne feraient pas de distinction entre verbes d’état et adjectifs ou ne permettraient même pas de distinction des parties du discours du tout. Dans ce contexte, W. Paul va également poursuivre l’examen de la réduplication des adjectifs en tant que procédé morphologique et essayer de préciser le sémantisme de la classe des adjectives rédupliqués. Cet examen, au-delà des renseignements qu’il nous fournira sur les adjectifs et le système la détermination en chinois, est très important, étant donné que dans la seule monographie consacrée à la morphologie du chinois en langue occidentale, Packard (2000), ce procédé de dérivation n’est nullement étudié. Or, une meilleure connaissance de la composante morphologique du chinois risque de changer considérablement notre image des langues dites « isolantes ».

Un troisième volet intègrera les recherches sur la modalité menées par R. Iljic  dans le long terme. Ces recherches visent à parvenir, par-delà l’hétérogénéité des marqueurs et l’enchevêtrement des phénomènes, à une vision globale de la modalité en chinois contemporain, conçue comme un tout organique, l’ambition finale étant l’établissement d’un modèle théorique transposable. Il se situe ici dans le courant de pensée de E.Benveniste et de A.Culioli. La théorie des opérations énonciatives développée par ce dernier fournit en effet des outils conceptuels (opération et opérateur de repérage, domaine notionnel, détermination / individuation, etc.) qui permettent de penser les problèmes en termes de repérages spatio-temporels par rapport à un système de référence centré sur l’énonciateur (Sit avec paramètres S et T), et d’en donner des représentations formelles. Les résultats obtenus par le passé démontrent amplement que ces outils sont particulièrement bien adaptés à l’étude des phénomènes d’aspect et de modalité. Une fois finalisé, le projet autour de la modalité en chinois doit pouvoir trouver sa place dans le programme ‘Vers une typologie des modalités’ (responsables Z. Guentchéva et J. Landaburu) lancé au sein de la Fédération de recherche ‘Typologie et universaux linguistiques’  du CNRS. C’est à ce travail sur la modalité que R. Iljic va consacrer l’essentiel  de ses efforts pour les années à venir, avec en vue l’élaboration d’un système de la modalité en chinois dans son ensemble pouvant contribuer à une « typologie des modalités » en général, tout en continuant ses activités d’enseignement, de formation et de vulgarisation scientifique dans le cadre de son cours à l'EHESS et en liaison avec l’IUFM de Paris Molitor.

Un quatrième volet portera sur l'analyse de la phrase complexe, notamment du système d'opposition et de causalité en chinois contemporain. M. Hoa se propose d'analyser, sur les plans syntaxique, sémantique et pragmatique, les moyens linguistiques en chinois contemporain relatifs à l'opposition (adversatif, concessif ou contrastif) et ceux relatifs à la causalité, en premier lieu les connecteurs concernés. Il s'agira de dégager, pour chaque moyen étudié, les contraintes d'emploi différentes et les effets de sens spécifiques. Seront examinés aussi les liens qu'entretiennent respectivement l'opposition et la causalité avec l'expression de la concomitance, de la successivité, de la circonstance, de l'hypothèse, de la comparaison et de la focalisation. Ces deux systèmes, opposition et causalité, méritent d'être étudiés conjointement, le rapport d'opposition se définissant, au sens large, comme une cause non suivie d'effet attendu. Pour mieux rendre compte de l'état actuel de ces systèmes, M. Hoa se propose également d'esquisser leur évolution à travers une étude diachronique (mais cette partie sera secondaire).

EHESS
CNRS
inalco
federation typologie
labex

flux rss  Actualités

Journées de Linguistique d'Asie Orientale 2017 - Paris Meeting on East Asian Linguistics

Rencontres scientifiques - Jeudi 29 juin 2017 - 09:00Les Journées de Linguistique sur l’Asie Orientale, événement scientifique annuel du CRLAO, célèbrent cette année leur trentième anniversaire.Les participants interviendront dans tous les domaines de la recherche linguistique sur les langues d’Asie Orientale autour du thème de la « Diversité linguistique en Asie du sud-est et en Asie orientale ».Un atelier sur les changements linguistiques induits par contacts de langues en Asie orientale e(...)

Lire la suite

29e journées de linguistique d’Asie Orientale

Journée(s) d'étude - Lundi 04 juillet 2016 - 09:00Manifestation scientifique internationale organisée chaque année par le CRLAO, l'édition 2016 des Journées se tiendra les 4 et 5 juillet prochains à l’EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris.Les communications présentées au cours de ces journées touchent tous les domaines de la recherche linguistique sur les langues d’Asie Orientale. Elles seront données en français, en anglais et en chinois.Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Lire la suite

À la rencontre des Aïnous, minorité autochtone du Japon

Journée(s) d'étude - Vendredi 20 mai 2016 - 14:00Cet atelier fait écho à l’exposition « Regards sur les Aïnous du Japon », organisée par la BULAC.ProgrammeVendredi 20 mai 2016 - Langue, histoire & société aïnoues14h-14h15 - Accueil & présentation des participantsIntroduction - État de la recherche sur les Aïnous en France, en Europe & au JaponPanel 1 - Langue & tradition oraleModération: Charlotte VON VERSCHUER  (EPHE/CRCAO)14h15-15h - La distribution de la langue aïnoue dans le Japon ancien(...)

Lire la suite

CRLAO - UMR 8563
105 Boulevard Raspail
75006 Paris
Tél : 33 (0)1 53 10 53 71