Recherches |

Ecriture chinoise, classification, et cognition

 

  • Responsable : F. Bottéro

  • Membres : Chercheurs et enseignants-chercheurs : Françoise Bottéro, Redouane Djamouri, Chrystelle Maréchal, Thekla Wiebusch. Membre associé : Christoph Harbsmeier (Professeur, Université d’Oslo, Norvège). Membres extérieurs : Li Guoqiang (Maître de conférences Paris X), Olivier Venture (Maître de conférences EPHE 4e section), Imre Galambos (Lecturer, University of Cambridge, UK), Kee-Wan Nam (Professor, Hanbat National University Corée, Prof. Invité septembre 2012 à août 2013)

Cette équipe de recherche regroupe les membres titulaires du CRLAO qui travaillent sur l’écriture, quatre membres extérieurs dont un associé et un professeur invité. L’équipe compte renforcer la collaboration entre linguistes et spécialistes de l’écriture.
 

Axe 1 : Épigraphie chinoise

- L’écriture des Royaumes combattants et des Han : préceptes et pratique (F. Bottéro, O. Venture, I. Galambos)
L’histoire de l’écriture chinoise telle qu’elle nous est transmise par les textes (Hanshu et Shuowen jiezi, entre autres) nous décrit un schéma d’évolution des styles graphiques qui s’avère profondément différent de la réalité telle qu’elle nous est révélée au travers des fouilles archéologiques. Il s’agira donc de mieux comprendre la réalité et le fonctionnement de l’écriture chinoise à l’époque des Royaumes combattants (Ve - IIIe av. J.-C) jusqu’aux Han (IIIe av. J.-C) IIIe ap. J.-C.) en cherchant à clarifier les différences régionales, les traditions graphiques voire linguistiques différentes, le degré de liberté d’écriture laissée aux scribes, ainsi que les changements graphiques apparus dans certaines conditions qu’il conviendra de définir. On tiendra compte des différentes approches (historique, archéologique, anthropologique, philologique, graphique), dont une véritable étude de l’écriture ne saurait se passer, mais on privilégiera l’approche linguistique afin d’éviter les éventuels écueils favorisés par la nature même du système graphique chinois. L’intérêt d’une telle collaboration c’est qu’elle permettra échanges et approche pluridisciplinaire.

- Les problèmes de simplification de l’écriture (C. Maréchal, Kee-Wan Nam)
Chrystelle Maréchal s’attaquera plus à fond à l’histoire des simplifications de l’écriture chinoise depuis la période archaïque de manière à mieux appréhender ce phénomène propre à son système graphique.
Le professeur Kee-Wan Nam entreprendra une étude sur la simplification de l’écriture chinoise et les problèmes des différentes simplifications des caractères entre La Chine, la Corée, le Japon et Taiwan dans le cadre de sa visite au CRLAO.

- Épigraphie et paléographie chinoises
Chrystelle Maréchal s’intéressera, par ailleurs, aux données épigraphiques émanant de la province du Shandong, théâtre de nombreuses découvertes archéologiques ayant des répercussions sur notre perception de l’écriture chinoise. Elle étudiera dans un premier temps les inscriptions des bronzes découverts dans cette province, de manière à déterminer en quoi elles se distinguent de celles retrouvées au Henan, berceau traditionnel de l’écriture chinoise. Il s’agira à terme de voir dans quelle mesure elles peuvent enrichir nos connaissances sur l’écriture chinoise.
Dans le cadre du programme « Typologie de l’expression des émotions : syntaxe et sémantique » de la Fédération de recherche Typologie et Universaux Linguistique du CNRS, Chrystelle Maréchal collaborera jusqu’en 2014 à une étude comparative de la manière dont les émotions ont été traduites dans les écritures chinoise, égyptienne et maya avec M. Jean-Michel Hoppan (mayaniste), et Mme Nathalie Beaux-Grimal (égyptologue). L’approche interdisciplinaire et comparatiste permettra de comprendre des phénomènes à la fois semblables et différents dans ces différents systèmes d’écriture.
 

• Axe 2 : Classification et écriture

L'analyse des éléments sémantiques (également appelés ‘clés’ ou ‘marqueurs catégoriels’) dans le cadre de la théorie prototype de la classification.
En se basant sur de nouvelles questions apparues à partir des travaux précédents Thekla Wiebusch s’intéressera à :
- La recherche sur l’émergence et l’évolution diachronique des éléments catégoriels importants dans l’écriture chinoise,
- Aux changements structurels et typologiques dans le système de l’écriture chinoise ;
- Aux facteurs déterminants la variation et la standardisation.
Le rôle des éléments catégoriels sera analysé selon les différentes étapes de l’écriture chinoise, en tenant compte des variations régionales ainsi que des différents styles d’écriture. Cette approche nécessite une coopération entre spécialistes des différentes époques de l’écriture chinoise. Pour permettre une analyse quantitative, on construira un corpus diachronique pour les éléments graphiques et on développera des outils permettant la recherche des corpus existants. Cette recherche sera menée dans une perspective comparative, en coopération avec des spécialistes qui travaillent sur le développement des éléments catégoriels dans les autres langues et systèmes d’écriture. On fera attention à utiliser des méthodologies équivalentes pour obtenir des données comparables. Cette recherche apportera non seulement de nouvelles informations sur les systèmes d’écriture, mais aussi sur l’interdépendance de la culture, la langue et l’écriture dans l’histoire de l’organisation des connaissances.

Classification et dénominations des animaux et des plantes dans la Chine ancienne (Li Guoqiang et Françoise Bottéro)
Dans le cadre de la collaboration entre Li Guoqiang et F. Bottéro, un nouveau groupe de recherche est né à partir de l’idée de réfléchir sur les modes de classification, de dénomination, de représentaion et d’utilisation des plantes et des animaux dans la Chine ancienne. Ce groupe auquel participent F. Bottéro, Li Guoqiang, F. Devienne (Université Paris-Diderot – CRCAO) M. Kalinovski (EPHE – CRCAO) et Olivier Venture s’intitule « Plantes et animaux dans la Chine ancienne : classements, dénominations, représentations et utilisations des Shang aux Han ». C’est dans ce cadre que Li Guoqiang poursuivra sa recherche sur les méthodes graphiques et terminologiques de la dénomination et de la classification des plantes à travers les inscriptions oraculaires des Shang postérieurs et les premiers textes classiques
du 7e au 4e siècle avant notre ère à partir de l’inventaire qu’il a établi sur les noms et termes de plantes de la Chine antique. Il étudiera le système pluridimensionnel de la classification des plantes se rapportant aux expressions temporelles saisonnières et périodiques à travers les écrits phénologiques et calendaires tels que le Xia xiaozheng (Le petit calendrier des Xia) et les ordonnances mensuelles recensées dans le Lüshi chunqiu (« Shi’erji »), le Liji (chapitre « Yueling »), le Huainanzi (chapitre « Shize ») et le Yizhoushu (chapitre « Shixun »).
Françoise Bottéro poursuivra sa traduction et son analyse des différentes clés et termes se rapportant aux noms d’animaux d’abord et de plantes ensuite, dans le Shuowen. Le Shuowen comprend 43 clés qui se réfèrent à des noms d’animaux et regroupe environ 1042 caractères. Elle a commencé par s’intéresser aux clés du ‘bœuf’, du
‘mouton’, de ‘l’oiseau à queue courte’ et ‘l’oiseau à queue longue’ qu’elle a déjà partiellement traduit. Elle cherchera à comprendre quels sont les critères qui sont utilisés pour définir les animaux et comment sont structurées toutes ces clés qui se rattachent plus volontiers au domaine encyclopédique.
Enfin, Li Guoqiang et F. Bottéro poursuivront leur collaboration sur la terminologie concernant les plantes et ses rapports avec l’évolution des stratégies cognitives qui se manifestent dans la structure des caractères une fois que les inventaires et la traduction des termes concernant les noms de plantes dans le Shuowen jiezi qui est en cours de réalisation par F. Bottéro sera achevée. Le Shuowen comprend une trentaine de clés qui se réfère aux plantes et plus de 1200 entrées.

Classification et analyse linguistique dans le dictionnaire Shuowen jiezi. (F. Bottéro, C. Harbsmeier)
L’intérêt de l’étude des clés et des constituants sémantico-graphiques, c’est de mettre en avant l’importance des processus cognitifs dans l’usage et le fonctionnement de l’écriture chinoise. Phénomène non seulement inconnu dans les systèmes d’écriture dit phonétiques, mais souvent nié par les défenseurs du tout phonétique ou de ceux qui rejettent entièrement l’approche idéographique sans s’interroger sur le rôle mixte du phonétisme et du sémantisme dans l’écriture chinoise en particulier.
F. Bottéro et C. Harbsmeier poursuivront leur analyse des clés concernant « les actes de paroles/speech acts » et la « bouche» ainsi que celle du « feminin » dans le Shuowen jiezi ou premier dictionnaire “d’étymologie graphique” réalisé en 100 de notre ère par Xu Shen. Les 667 entrées qu’elles regroupent ont déjà été traduites mais ne sont pas encore complètement achevées en ce qui concerne leur analyse. (Les principes de cette analyse sont exposés dans Asia Major 2008).
L’étude de la clé ‘femme’ révèle, par exemple, la vision du féminin telle qu’elle est articulée dans la structure même de l’écriture chinoise. Dans sa glose l’auteur du Shuowen jiezi définit la femme comme ‘femme adulte’, ce qui s’avère plutôt représenter un exemple prototypique. Les 237 entrées qui suivent sont organisées autour des séries suivantes : ‘nom de clan et de famille’, ‘mariage’, ‘termes de parenté’, ‘grossesse’, ‘mère’,
‘différents termes de parenté par les sœurs’, ‘termes désignant les maîtres pour les filles’, ‘statut inférieur de femmes’, ‘noms propres de femmes’, ‘noms courtois désignant les femmes’, ‘beauté’, ‘gentillesse’, ‘description de l’apparence’, ‘jalousie’, ‘envie’, ‘relation sexuelle illicites’, ‘gynécologie’. Cette étude pourrait constituer une petite monographie sur la femme dans l’écriture chinoise.
F. Bottéro et C. Harbsmeier aimeraient entreprendre par la suite, une comparaison systématique entre les actes de paroles en anglais, en grec ancien et en chinois classique.
 

Linguistic complexity and textual performativity

A partir de septembre 2012, une participation au grand projet « Divination, managing contingency » porté par Michael Lackner à l’université Erlangen, est envisagée. Y participeront F. Bottéro, D. Djamouri et C. Harbsmeier. Leur contribution consistera à tenter de comprendre comment, mais aussi pourquoi, la tradition philologique chinoise s’est appropriée la langue et l’écriture des plus anciennes inscriptions retrouvées en Chine – inscriptions oraculaires de l’époque Shang (13e-11e s. av. J.-C.) - pour les inscrire dans un cadre linguistique, anthropologique et historique déterminé. Une attention toute particulière sera portée aux relations entre langue, écriture et divination. On essaiera par ailleurs de voir ce que les inscriptions nous apprennent sur la langue des Shang et des Zhou, notamment sur les spécificités morphosyntaxiques et les caractéristiques typologiques de cette langue.

 

EHESS
CNRS
inalco
federation typologie
labex

flux rss  Actualités

Journées de Linguistique d'Asie Orientale 2017 - Paris Meeting on East Asian Linguistics

Rencontres scientifiques - Jeudi 29 juin 2017 - 09:00Les Journées de Linguistique sur l’Asie Orientale, événement scientifique annuel du CRLAO, célèbrent cette année leur trentième anniversaire.Les participants interviendront dans tous les domaines de la recherche linguistique sur les langues d’Asie Orientale autour du thème de la « Diversité linguistique en Asie du sud-est et en Asie orientale ».Un atelier sur les changements linguistiques induits par contacts de langues en Asie orientale e(...)

Lire la suite

29e journées de linguistique d’Asie Orientale

Journée(s) d'étude - Lundi 04 juillet 2016 - 09:00Manifestation scientifique internationale organisée chaque année par le CRLAO, l'édition 2016 des Journées se tiendra les 4 et 5 juillet prochains à l’EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris.Les communications présentées au cours de ces journées touchent tous les domaines de la recherche linguistique sur les langues d’Asie Orientale. Elles seront données en français, en anglais et en chinois.Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Lire la suite

À la rencontre des Aïnous, minorité autochtone du Japon

Journée(s) d'étude - Vendredi 20 mai 2016 - 14:00Cet atelier fait écho à l’exposition « Regards sur les Aïnous du Japon », organisée par la BULAC.ProgrammeVendredi 20 mai 2016 - Langue, histoire & société aïnoues14h-14h15 - Accueil & présentation des participantsIntroduction - État de la recherche sur les Aïnous en France, en Europe & au JaponPanel 1 - Langue & tradition oraleModération: Charlotte VON VERSCHUER  (EPHE/CRCAO)14h15-15h - La distribution de la langue aïnoue dans le Japon ancien(...)

Lire la suite

CRLAO - UMR 8563
105 Boulevard Raspail
75006 Paris
Tél : 33 (0)1 53 10 53 71